Comment gérer vos clients mauvais payeurs ou non payeurs ?

Image par Skica911 de Pixabay
2019 M11 23

Ouvrir son garage est une belle aventure, mais comme pour tout prestataire de services, les impayés sont monnaie courante. Retards de paiement, impayés ateliers mécaniques, relances clients à n'en plus finir et factures qui disparaissent mystérieusement sont votre lot quotidien ? Dans cet article, nous vous proposons des solutions pour optimiser le recouvrement de vos factures afin d'éviter les clients non payeurs.

Détectez les mauvais payeurs

En cas d'impayés, mieux vaut prévenir que guérir. Il est tout à fait possible de repérer les clients qui pourront vous poser des difficultés au moment du paiement.

Il y a tout d'abord le client négligent. Vous le reconnaîtrez facilement car il est souvent très occupé et il semble distrait. Sa négligence peut l'amener à égarer votre facture ou à oublier de payer. N'hésitez pas à lui demander le paiement d'un acompte en garantie.

Il y a ensuite le client « trésorier », sa spécialité est de ne pas respecter les délais de paiement afin de faire gonfler sa trésorerie. S'il dépasse le délai de paiement fixé, rappelez-lui son engagement et facturez-lui des intérêts de retard.

En tant que garagiste vous êtes également confrontés au client radin. Il négocie tout, et tente à tout prix de faire baisser vos prix. Vous devez vous en méfier et ne pas lui laisser la possibilité de contester un montant ou une prestation. Pour cela, établissez un devis précis que vous lui ferez signer afin de prévenir toutes contestations éventuelles.

Enfin, le client impécunieux. Sa situation financière l'empêche de vous payer en temps et en heure. S'il s'agit d'un nouveau client et que vous n'avez pas pu détecter ses problèmes d'argent, demandez-lui le versement d'une partie de l'impayé. Vous pouvez également lui proposer un échéancier afin de lui faciliter le paiement et minimiser vos pertes.

Rédigez efficacement vos factures et conditions générales de vente

La rédaction de vos factures

Gérer les impayés passe dans un premier temps par une rédaction efficace de vos factures. Elles doivent comporter les éléments indispensables pour lutter contre les mauvais payeurs. C'est-à-dire : le délai de paiement ainsi que les pénalités en cas de retard de paiement.

Le délai de paiement accordé est généralement de 30 jours. Il commence à courir à partir de l'exécution de la prestation. Néanmoins, vous avez la possibilité, lors de la création de la facture et en accord avec votre client, d'allonger ou de diminuer ce délai de 30 jours sans toutefois dépasser 60 jours.

Les pénalités de retard doivent également apparaître sur votre facture. Elles ne peuvent pas dépasser un taux plafond fixé par la Banque Centrale Européenne qui en a également établi le taux légal. Vous pouvez cependant choisir un autre taux, sans pouvoir dépasser ce taux plafond. Nous vous conseillons un taux de 10 % du montant de la prestation par mois de retard.

La rédaction de vos conditions générales de vente

Elles peuvent constituer un document unique ou figurer sur vos factures et devis. Peu importe le support, vous devez en soigner la rédaction. Elles comportent des mentions obligatoires telles que les modalités de livraison et de réduction du prix ainsi que les conditions de règlement. Vous devez également y faire figurer obligatoirement le taux d'intérêt des pénalités de retard. À ce taux, s'ajoute le montant de l'indemnité forfaitaire qui vous est due pour le recouvrement de l'impayé. Il est fixé à 40 €.

En rédigeant correctement et efficacement vos factures et conditions générales de vente, vous limitez ainsi les risques d'impayés. En cas d'action en justice pour recouvrer les sommes dues, aucune contestation ne sera possible et le juge n'aura d'autre choix que de condamner votre client au paiement.

Adoptez une véritable stratégie de relance client

Si malgré nos conseils pour prévenir les impayés ateliers mécaniques, vous avez affaire à un mauvais payeur, il va falloir adopter une stratégie de relance client efficace. C'est la première étape pour obtenir le paiement.

Vous avez le choix entre 3 méthodes pour relancer votre client : le courrier, le mail ou le téléphone. Afin de s'assurer une réponse rapide, nous vous conseillons d'appeler directement vos clients non payeurs. Avec courtoisie, renseignez-vous sur les raisons du retard de paiement et expliquez les difficultés financières que cela peut engendrer pour votre entreprise. Suite à cette relance téléphonique, fixez par écrit votre requête en envoyant un mail à votre client. Le mail permet de clôturer la discussion et de laisser une trace écrite de votre relance.

Si après cette relance, le client ne règle pas son impayé dans un délai raisonnable, vous devrez recourir à des méthodes plus contraignantes.

Les différents recours en cas d'impayés

L'application des pénalités de retard

La première étape, pour gérer les impayés après une relance infructueuse, est d'appliquer les pénalités de retard prévues dans vos conditions générales ainsi que dans vos factures. Pour ce faire, envoyez à votre client une facture comprenant les pénalités de retard dues. Ces pénalités de retard devraient inciter votre client à vous régler au plus vite.

Sans réaction de sa part, vous pourrez procéder à une mise en demeure.

La mise en demeure

La mise en demeure est votre dernier recours avant de passer devant le juge. Elle constitue la dernière chance que vous offrez à votre client de vous payer, avant de saisir le tribunal. En envoyant une lettre de mise en demeure, vous demandez à votre client de payer les sommes dues dans un certain délai, en général 8 jours. Vous pouvez également préciser dans cette lettre, qu'en cas de non paiement de la facture et des pénalités de retard, vous n'aurez d'autre choix que de saisir le tribunal. Vous devez envoyer cette lettre en recommandé avec accusé de réception.

Bien que vous puissiez la rédiger vous-même, il peut être intéressant de vous faire aider par des professionnels tel qu'une agence de recouvrement. Ces professionnels se rémunèrent sur un pourcentage des sommes perçues et peuvent maximiser vos chances de réussite.

L'injonction de payer

Si après une relance, l'application des pénalités de retard et une mise en demeure, votre client refuse toujours de vous payer, vous n'aurez d'autre choix que de saisir le juge. Cette saisine est simplifiée pour les entreprises et permet, grâce à un formulaire Cerfa, d'adresser une requête au tribunal. Il vous en coûtera environ 40 € en frais de justice. Si le tribunal estime que la requête est légitime, il rend une ordonnance d'injonction de payer. Votre client a alors 1 mois pour payer sa facture ou faire appel. S'il ne s'exécute pas dans le délai imparti ou ne conteste pas l'ordonnance, les huissiers de justice pourront saisir ses biens afin de procéder à votre paiement.

Cette procédure judiciaire requiert précision et rigueur. C'est pourquoi, nous vous conseillons de vous faire aider par un huissier de justice lors de la constitution du dossier d'injonction de payer.

À lire aussi